Image11

Légionelles: «Les règlements sont très strictes»

De temps à autre, des informations circulent dans les médias sur la mauvaise qualité de notre eau potable. Le terme «légionelles» s’entend particulièrement fréquemment. Voyons ce qu’en pense Benjamin Schneider, chef d’équipe sanitaires chez Pärli, au sujet de l’hygiène de l’eau potable.

Monsieur Schneider, dans quelle mesure le thème de l’hygiène de l’eau potable concerne-t-il Pärli?

Benjamin Schneider: Cela nous concerne très directement! L’automne dernier, la SSIGE, la Société suisse de l’industrie du gaz et des eaux, a publié de nouvelles directives, et elles sont très strictes.

Le fournisseur, c’est-à-dire ESB à Bienne, n’est-il pas responsable de la qualité de l’eau potable?

Si, mais seulement jusqu’au raccordement d’immeuble. À partir de là, c’est le propriétaire ou l’exploitant qui est responsable. Et nous avons à lui remettre le système de conduites en parfait état. Pour s’en assurer, il faut commencer dès la planification.

Qu’est-ce que cela signifie ­concrètement?

Nous devons nous assurer que la température de l’eau dans l’accumulateur soit d’au moins 60° et qu’elle soit toujours d’au moins 50° aux points de prélèvement. Ces températures sont liées aux légionelles, qui ne peuvent plus se reproduire au-dessus de 50° et meurent à partir de 60°. Mais garantir ces températures peut être un vrai défi si les points de soutirage sont trop éloi­gnés les uns des autres; il faut alors éventuellement prévoir des colonnes montantes supplémentaires. En outre, il faut planifier de manière à éviter la stagnation.

Que signifie la stagnation dans ce contexte?

Il ne faut pas d’eau stagnante, immobile. L’eau, même froide, ne devrait pas stagner pendant plus de 72 heures. Il faut en tenir compte lors de la planification, mais aussi, par exemple, lorsque l’on revient de vacances. Il faut alors laisser couler l’eau froide et l’eau chaude un moment, jusqu’à ce que les deux soient à la température requise. La règle des 72 heures s’applique également lors de la remise d’un bâtiment.

Vous remplissez le système juste avant que l’on y emménage?

C’est exact, et avant cela, il faut le «mettre sous pression» avec de l’air, comme nous disons. En raison de cette nouvelle réglementation, Pärli a dû acheter de nouveaux appareils certifiés.

Et si quelque chose se passe mal?

Si, par exemple, un laboratoire détecte des légionelles, il faut prendre des mesures appropriées. On peut par exemple procéder à une injection de désinfection.

Les légionelles sont une bactérie qui peut provoquer la maladie dite du légionnaire. L’inhalation de gouttelettes d’eau contenant ces bactéries, par exemple lors d’une douche, à cause d’humidificateurs, d’arroseurs ou de jacuzzis, peut entraîner une infection. En revanche, boire de l’eau contenant des légionelles ne présente aucun risque pour la santé des personnes dont le système immunitaire est intact.